Mon réseau... que j'appelle "Le Réseau LR"
 
 
 

Retour à la page d'accueil

Fin août 2008, j'ai eu l'opportunité d'acquérir le réseau réalisé et décrit cette même année dans les colonnes de la revue Loco Revue par Yann Baude. Trois articles ont été consacré à la construction de ce réseau en juillet, août et septembre (LR N° 732, 733 et 734). La seule contrainte : ne pas publier de photo avant la sortie du troisième volet dans la revue de septembre.

 

Ce réseau m'a tout de suite plu de par ses dimensions, la simplicité et l'originalité d'une gare en courbe sur voie unique, un pont, un tunnel, du relief, les magnifiques bâtiments ARA Production de type PLM et enfin les grands arbres devant la gare ont sans aucun doute fait pencher la balance du bon côté.

 

Ce réseau permettra des aménagements et finitions non prévues dans le cahier des charges de Yann Baude. La porte est donc grande ouverte pour laisser libre cours à mon imagination.
 


Le réseau est resté quelques mois tel que le temps de laisser germer quelques idées.

L'assemblage des bois du réseau a été réalisé à l'aide d'un pistolet à colle chaude. Ce collage est rapide mais malheureusement peu résistant dans le temps. J'ai procédé à l'assemblage par vissage pour tous les tasseaux accessibles. Les autres ont été recollés à la colle à bois. Cela permettra un transport moins risqué du réseau. Quatre ans plus tard et huit expositions, un seul tasseau a été recollé.

Le manque de lumière lors de la première exposition m'a incité à réaliser un bandeau d'éclairage sur le dessus du réseau. La face avant du réseau est de forme courbe, le bandeau ne pouvait être autrement que courbe. Des panneaux latéraux en contreplaqué ont été mis en place. Un panneau large sur la gauche au dessus du tunnel, un panneau étroit du côté droit  permet de dégager la vue au dessus du pont et d'éviter l'effet de caisson. un plaque incurvée relie ces deux panneaux et cache deux spots à pinces lumière chaude qui éclairent le réseau par le dessus. Un fond de décor peint par un ami suit la forme courbe du relief par l'arrière. Le fond de décor offre un prolongement des deux parties arborées et quelques collines nous amènent jusqu'à la ligne d'horizon. Un beau ciel bleu légèrement nuageux termine le fond du décor.
Les faces latérales tout comme le bandeau sont peints en noir mat comme l'est le bas du réseau.

La commande par interrupteurs des trois aiguillages électriques est placée sur le devant du réseau. Je ne trouve pas cet emplacement à mon goût. J'en ai profité pour déporter ces interrupteurs sur un boîtier extérieur au réseau et relié à celui-ci par un câble multifilaire. L'emplacement laissé libre est devenu un étang. Quelques millimètres de résine imitation eau et l'effet obtenu me satisfait bien. Cet étang a reçu par la suite un ponton avec barque et pêcheurs puis des roseaux ont poussés le long de la berge. IL manque un beau saule pleureur et l'étang sera terminé.
 


Le pont routier sur la droite a reçu des rambardes en laiton photogravée et rapidement des promeneurs se sont arrêtés pour regarder les trains passer.
La gare a reçu ses plaques de façade, et les quais un éclairage pour les circulations nocturnes tout comme la gare.
Deux personnages sur les quais à l'origine du réseau (le chef de gare et un photographe, peut-être Yann Baude) ont reçu la visite de nombreux passagers debout ou assis. Le train a encore la cote sur Le Réseau LR.
La gare a reçu un auvent en maillechort en remplacement de celui en plastique.
Quelques véhicules ont envahis la route.
Une grue de quai et un gabarit ont trouvé place à côté de la  halle à marchandise le long de la voie de service (réalisations en laiton)
Des vaches en transhumance ont envahie le pré tout proche.
 


Des barbelés ont pris possession de la prairie, ce qui ne gêne ni les vaches ni les campeurs qui se sont installés en haut du pré
La femme du Chef de Gare est très fière de son potager. La gare est maintenant chauffée au gaz, la citerne Propagaz, réalisation de notre regretté ami Dominique nous le confirme.
Le château d'eau ainsi que la manche à eau permettent au machines à vapeur de s'abreuver.
La route de la Gare ainsi que la Cour de la Halle bénéficient aussi de l'éclairage pour la nuit. On croit encore à une augmentation du trafic voyageur et marchandise sur cette ligne secondaire.
 


La vigne a bien poussé. Il est temps de la tailler sinon les grappes ne pourront mûrir à temps avant la récolte. Le ligne à haute tension n'est toujours par enterrée, les poteaux côtoient les barbelés (poteaux ARA production et potences Trains160).
Au fait les lignes téléphoniques attendent aussi pour être enfouies... (réalisation en laiton)
Des chevaux se reposent dans un parc alors que...

 


D'autres grimpent la côte de l'autre côté de la voie ferrée
De nombreuses fougères ont poussée à l'orée du bois au dessus du tunnel.
Les ouvriers d'entretien des voies attendent le passage de la Micheline... non du Picasso !
 


La plateforme de la boucle cachée est suffisamment large pour accepter un seconde voie, à croire que tout a été prévu lors de la conception du réseau. Il a suffit de deux aiguillages et un coupon de voie courbable pour réaliser cette voie de garage. 
Une seconde photo montre un autre poteau électrique avec une potence symétrique.
La fille du Chef de Gare est fière de son scooter mais pour le moment elle doit s'occuper du linge à faire sécher après la lessive.
 

 

Vue directe sur le pont, puis passage d'une draisine et le wagon d'inspection et réfection des tunnels. Et quelle chance d'immortaliser le passage d'un authentique autorail FNC et sa remorque.
 


Lors des prises de vues, notre photographe a surpris plusieurs loups... Y a t'il trois loups ou est-ce le même sur les trois photos ? Mystère...

 


Deux vues du réseau en l'état actuel (juin 2012)
 


A suivre...

 

 

 

Retour à la page d'accueil